Le design scandinave

La nouvelle « culture du meuble » inaugurée par le Danois Kaare Klint.

dans l’image Fauteuil 401 et Fauteuil 402, 1933. Design Alvar Aalto pour Artek.

Entre les deux extrêmes dans la conception du mobilier de l’entre-deux-guerres, la haute ébénisterie de Ruhlmann et le modernisme aseptique du Corbusier et des dessinateurs du Bauhaus, il y avait un juste milieu.

Cela a été heureusement trompé par Kaare Klint, celui qui a donné naissance au style scandinave. Le designer hollandais est devenu populaire dans les années 1930 et, après 1945, il a « augmenté » en Europe et en Amérique du Nord.

Avec son travail, il a réussi à saisir le genre de fil rouge qui traverse toute la « culture du mobilier » conçue comme autonome, non soumise aux styles et aux modes.

Klint choisit et élabore des typologies du passé en les traduisant dans une morphologie purement moderne, une sorte de re-design, au meilleur sens du terme, d’ailleurs très actuel : un juste milieu entre éclectisme historique pur et fantastiques futuribles les plus irrationnels. Alors que le style de Klint est basé, outre l’histoire, en particulier l’anthropométrie, celui d’un autre des designers les plus importants du Danemark, le jeune Finn Juhl, est basé sur les expériences contemporaines de l’art abstrait et en particulier sur l’anthropomorphisme.

D’ autres précurseurs du design nordique sont Carl Malmsten, Bruno Mathsson, Børge Mogensen, Hans Wegner, Arne Jacobsen, Erik Gunnar Asplund, Alvar Aalto. L’élément de production du design scandinave descend directement du projet, au point d’être appelé « artisanat mécanisé ».

Sans présenter d’innovations particulières, il est basé sur la courbure, le tournage du bois et sur la courbure du contreplaqué qui permet de nouvelles formes qui peuvent être dérivées d’une seule plaque et ainsi maintenir une certaine continuité combinée avec l’élasticité du produit.

La composante des ventes, bien qu’atteignant la quantification maximale, se déplace plutôt du consensus populaire, de la « consommation » ; sur la base de cela établit des systèmes particuliers, qu’ils préconisent des modes et des temps de « production » jusqu’à ce qu’ils atteignent et même influencent la conception. L’association suédoise de consommateurs KF a créé son propre cabinet d’architecture, un bureau de conseil en meubles et des ateliers de menuiserie. En outre, il a créé des écoles, des laboratoires et des bibliothèques.

Tout cela semble corriger les distorsions dues à l’économie de profit, renverser le processus production-consommation, identifier un client alternatif, ou à tout le moins critiqué, et enfin coexister la qualité du produit et un prix socialement abordable. Mais évidemment, il ne suffisait pas de fixer de manière stable les fortunes d’une production nationale qui, par la suite, est tombée en crise.

EzioraMera

Tag : faire une décoration nordique